Les premières traces de la graphologie remontent à 1622, quand le philosophe italien Camillo Baldo publia son ouvrage «Du moyen de connaître les moeurs et les qualités d’un écrivain d’après ses lettres missives».
Cependant ce n’est qu’au début du 19ème siècle que la graphologie commença à devenir une discipline structurée.

HISTOIRE DE LA GRAPHOLOGIE

En 1812, on retrouva des écrits de Edouard Hocquart, qui est considéré le précurseur de la graphologie.
En 1868 que l’abbé Jean Hippolyte MICHON, qui a déjà publié trois ouvrages sur ce thème, et jette les bases de cette science qui prendra de plus en plus d’importance.
Crépieux-Jamin lui donna ses lettres de noblesse au début du 19ème siècle, par la construction de l’Ecole Française de Graphologie. L’influence de cet homme a été très grande : il fut le père de la graphologie classique, il démontra la position scientifique de sa discipline, et classifia plus de 150 types d’écritures.

Au fil du temps la graphologie se perfectionne, ainsi à la moitié du 20ème siècle d’autres critères rentrent en jeu : la vitesse et les écarts. L’analyse devient de plus en plus précise.

La graphologie aujourd’hui :

De très nombreuses entreprises font appel aux services des graphologues pour déceler la réelle personnalité des candidats qui se présentent à eux.
Dans les affaires judiciaires, les graphologues sont également sollicités pour identifier les écritures et apportent leurs contributions à dresser un portrait psychologique.

Le diplôme de graphologue sanctionne les candidats après une formation de trois à la société française de graphologie.

QU’EST-CE QUE LA GRAPHOLOGIE ?

Le terme de graphologie provient de 2 mots grecs “graphein ” qui signifie « écrire » et ” logos ” qui signifie la science.
La Graphologie est l’art de juger le caractère d’après l’écriture. Sa méthodologie s’appuie sur une technique d’observation rigoureuse de la forme, du geste, de la manière dont sont constitués les lettres.

Elle repose sur ce fait que l’écriture entraîne des mouvements spontanés révélateurs de soi qui ne peuvent être masqué.

En France, beaucoup d’entreprises l’utilise pour l’embauche à certains postes; mais aussi beaucoup de particuliers font appel à des graphologues pour se découvrir encore davantage et utiliser au mieux leur potentiel intérieur.
Elle permet de mieux se connaître et de mieux connaître ses capacités réelles, ses besoins conscients ou inconscients.

L’interprétation du mouvement de l’écriture est la clef qui permet de révéler personnalité humaine dans son ensemble par une méthode qui a déjà fait ses preuves.

LES MÉTHODES

Il y a 3 méthodes : elles sont d’origine française, allemande et suisse.

La méthode de graphologie française

Son fondateur est Crépieux-Jamin, elle recherche dans l’écriture les signes de la supériorité et de l’infériorité; de la nature et des moyens de l’intelligence; du caractère moral; de la volonté; du sens esthétique; de l’âge, du sexe; et quelques indications pathologiques.

La méthode française est analytique et synthétique; son caractère scientifique n’exclut toutefois pas le rôle de la sensibilité. C’est une méthode d’analyse scientifique des éléments de l’écriture, interprétation objective et rationnelle des signes graphiques, sûreté du diagnostic et des dangers tendances a l’abstraction et a l’interprétation rationaliste, moraliste et conventionnelle du caractère.

La méthode de graphologie allemande

Son fondateur est le Dr Ludwig Klages, considéré comme le créateur de la caractériologie scientifique en Allemagne.Il définit la graphologie comme la science du mouvement graphique et de ses conditions. Il affirme que l’examen des causes psychiques n’est possible que sur la base d’une connaissance approfondie des causes physiologiques.

Pour Klages, tous les éléments de l’écriture ont une double signification, selon que la vitalité est plus riche ou plus pauvre.
Il établit un degré de vitalité du scripteur selon une échelle de valeurs qu’il appelle Formniveau, allant de 1 a 5, c’est-à-dire de la très grande vitalité a la vitalité très faible.

Klages étudie le mouvement graphique selon son rythme, sa cadence. Il oppose l’âme à l’esprit et conclut la vitalité est diminuée du fait de la présence de l’esprit.

La méthode de graphologie Suisse

Son fondateur est le Dr Max Pulver. Il se base sur la psychanalyse, il considère l’écriture du point de vue spatial et lui attribue trois dimensions en l’imaginant “dressée” sur la page et il crée ainsi “l’espace autour d’elle”

Pulver distingue enfin très nettement la “personnalité” du caractère. Il estime qu’en traçant son propre portrait dans son écriture, le scripteur en ignore les moyens, parce que l’homme est inconscient des quatre cinquièmes de son être et qu’il est artiste avant tout.